×
 

Actualités

L’académie de Versailles touche au sublime du ridicule…

Publié le 7 juillet 2018, par Jean-Paul HAMON

L’académie de Versailles n’était jusqu’ici dans mon esprit qu’un repoussoir au tiers payant, celle qui au bout de 3 ans d’accident du travail de ses professeurs d’EPS demandait des renseignements avant de payer la consultation (renseignements qui au passage figuraient sur le document qu’elle m’envoyait), mais elle vient depuis hier de monter d’un cran dans ce que vais appeler poliment l’ineptie administrative.

L’histoire commence hier jour de résultat du bac. Il est 18h30 et la secrétaire me demande si elle peut rajouter une consultation supplémentaire pour une jeune fille qui n’a pas l’air bien du tout… çà tombe bien, la France vient de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe du Monde et l’après midi s’est déroulée calmement. Je vois donc cette jeune fille à qui on vient de refuser de donner les résultats du bac pour suspicion de fraude !!!

La demoiselle de 18 ans, en fait 15, a une tête de première de la classe bien sage et me raconte qu’elle a une écriture italique que ses professeurs ne trouvent pas facile à lire ; ils lui ont donc conseillé pour le bac d’écrire en majuscules. Elle a donc commencé son épreuve en majuscules, mais le temps passant et le stress augmentant elle a repris son écriture en italique pour la fin de la copie, ce qui fait que le sagace correcteur a soupçonné que la deuxième partie de la copie avait été écrite par une autre personne. D’où l’abominable soupçon et la terrible angoisse de la jeune fille qui me raconte que ses professeurs ont tous témoigné en sa faveur sur sa double écriture et sur sa moralité inattaquable, mais rien n’y fait et c’est là que le rectorat touche au sublime : il exige un certificat médical !

Médecin généraliste exerçant depuis 45 ans, je peux certifier que j’ai vu de nombreuses demandes de ce qu’il convient d’appeler des « certifalacon » et j’hésite entre la colère et la bienveillance, mais comme la France a battu l’Uruguay et accède aux demi-finales de la coupe du monde je penche pour la deuxième possibilité : je fais donc écrire sur mon ordonnance la jeune fille avec ses 2 écritures : "Je suis soupçonnée de fraude par l‘académie de Versailles", je certifie qu’elle l’a bien écrit devant moi, mais en lui remettant ce certificat naturellement sans aucune valeur juridique je suis pris d’un doute : l’académie de Versailles va-t’elle AUSSI exiger une certification sur les Saintes Écritures ??? La laïcité n’étant plus ce qu’elle était ...

Jean Paul Hamon
Président FMF
0660620067
jp.hamon.dr@wanadoo.fr
president@fmf.org

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top