×
 

Actualités

Il ne faut pas confondre dépistage et démarche commerciale

Publié le 15 juin 2018, par Nicole Cochelin

Le Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues a décidé de s’associer à l’action de dépistage des mélanomes dans les pharmacies lancée par le groupe Pharmabest.

Réaction attristée d’une de nos adhérentes dermatologue "de terrain" :

Comment avez-vous pu vous associer à cette opération purement commerciale ?
Comment avez-vous pu laisser écrire sur le site de Pharmabest que l’incidence des mélanomes en France est de 14000 cas par an alors que c’est 30% de moins ( 11000 environ). On surfe sur la peur de la population.

Il est démagogique de laisser le patient choisir "LA" lésion à vérifier .

Ni le pharmacien ni le patient n’ont les connaissances suffisantes pour poser le dermoscope sur la lésion à vérifier. Même pour nous dermatologues, l’analyse d’une tâche pigmentée est un exercice difficile, qui nécessite un grand temps de formation. Laisser le patient choisir sa lésion c’est prévoir que 99 % des lésions photographiées seront une kératose séborrhéique ou un naevus dermique et on prend le risque de passer à côté des lésions à dépister.

On rassure à tort et on n’éduque pas le patient à surveiller les lésions potentiellement évolutives.

Cette démarche est difficilement compréhensible venant du SNDV. 

Bien cordialement

Nicole Cochelin

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top